Notre argumentaire...

Unsere Argumente...

Depuis l'ère d'internet, les nouvelles technologies de l'information donnent aux états de gigantesques moyens de surveillance. Or, ces nouvelles technologies doivent absolument être encadrées par la loi, afin de ne pas verser progressivement dans une "dictature numérique" comme en Chine...

Seit dem Internet-Zeitalter haben neue Informationstechnologien den Staaten enorme Mittel zur Überwachung gegeben. Diese neuen Technologien müssen jedoch unbedingt gesetzlich geregelt sein, um nicht allmählich in eine "digitale Diktatur" wie in China zu verfallen ...

Avec la crise du coronavirus, le Conseil Fédéral a opté pour une politique de "traçage" des personnes infectées, en misant sur les nouvelles technologies digitales. En se basant sur la loi fédérale sur les épidémies (approuvée par le parlement le 19 juin 2020), l'application SWISS COVID est lancée dans un grand tapage médiatique... mais sans aucun réel débat sur les risques de cette technologie.

Mit der Coronavirus-Krise entschied sich der Bundesrat für eine Politik der "Rückverfolgung" infizierter Menschen, indem er auf neue digitale Technologien setzte. Basierend auf dem Bundesgesetz über Epidemien (vom Parlament am 19. Juni 2020 gebilligt) wird die SWISS COVID Anwendung in einem großen Medienrummel gestartet ... jedoch ohne echte Debatte über die Risiken dieser Technologie.

A travers une analyse plus approfondie, on remarque que cette technologie comporte de nombreux risques :

- l’application doit passer par les systèmes d'exploitation de Google et d’Apple pour fonctionner, ce qui permet à ces géants informatiques de capter potentiellement les données transmises

- des données très sensibles, car relatives à la santé de la population suisse (!) seront stockées sur des serveurs à l'étranger, notamment aux Etats-Unis

 

- l'application est basée sur la technologie Bluetooth, peu fiable et pouvant être détournée par des personnes malveillantes qui maîtrisent cette technologie

- si cette technologie était détournée, nous pourrions nous retrouver face à une avalanche de "faux cas positifs" et à des mesures de quarantaine injustifiées

 

- même si l’application est installée pour l'instant sur une base volontaire, nous savons que ce genre de technologie tend progressivement à se généraliser, sous la pression sociale et en raisons de diverses injonctions (par ex : ne pas pouvoir entrer dans un restaurant sans prouver que nous avons installé l'application)

De manière plus générale, ce genre de politique intrusive de "traçage des individus" ouvre clairement la voie à une société basée sur la surveillance numérique et le contrôle social... en suivant le triste exemple de la Chine !

Avec le développement de la 5G, puis de la 6G, on nous promet un monde "idéal" où la technologie numérique sera omniprésente et toute-puissante : reconnaissance faciale dans les lieux publics, objets-espions connectés, intelligence artificielle, voitures autonomes dites "intelligentes" et tant d'autres merveilles...

Est-ce que nous voulons vivre dans ce monde là ?

 

 

Pour aller plus loin dans la réflexion :

"Non, Nein, No à Swiss Covid"

A télécharger au format PDF

"Résumé concernant la loi

sur les épidémies"

A télécharger au format PDF

 

Bei einer eingehenderen Analyse stellen wir fest, dass diese Technologie viele Risiken birgt:

- die Anwendung muss zum Betrieb die Betriebssysteme von Google und Apple durchlaufen, damit diese Computerriesen die übertragenen Daten möglicherweise erfassen können

- sehr sensible Daten, da in Bezug auf die Gesundheit der Schweizer Bevölkerung (!) Auf Servern im Ausland, insbesondere in den USA, gespeichert werden

 

- die Anwendung basiert auf Bluetooth-Technologie, ist unzuverlässig und kann von böswilligen Personen entführt werden, die diese Technologie beherrschen

Wenn Sie

- wenn diese Technologie umgeleitet würde, könnten wir mit einer Lawine von "falsch positiven Fällen" und ungerechtfertigten Quarantänemaßnahmen konfrontiert sein

 

- selbst wenn die Anwendung momentan auf freiwilliger Basis installiert wird, wissen wir, dass diese Art von Technologie unter sozialem Druck und aufgrund verschiedener Verfügungen (z.b. Nichteintritt in eine Restaurant ohne zu beweisen, dass wir die App installiert haben)

Ganz allgemein ebnet diese Art von aufdringlicher Politik der "Rückverfolgung von Personen" eindeutig den Weg für eine Gesellschaft, die auf digitaler Überwachung und sozialer Kontrolle basiert... nach dem traurigen Beispiel Chinas !

Mit der Entwicklung von 5G, dann 6G, wird uns eine "ideale" Welt versprochen, in der digitale Technologie allgegenwärtig und allmächtig sein wird: Gesichtserkennung an öffentlichen Orten, verbundene Spionageobjekte, künstliche Intelligenz, sogenannte autonome Autos "intelligent" und so viele andere Wunder...

Wollen wir in dieser Welt leben ?

Im Nachdenken weiter gehen :

"Non, Nein, No à Swiss Covid"

A télécharger au format PDF

"Résumé concernant la loi

sur les épidémies"

A télécharger au format PDF

Pour élargir le sujet, voici deux articles sur la question de la reconnaissance faciale en Suisse, déjà développée à l'aéroport de Zürich. Est-ce la prochaine étape vers la "dictature numérique" ?

https://www.letemps.ch/opinions/reconnaissance-faciale-manier-une-extreme-prudence

https://www.agefi.com/home/acteurs/detail/edition/online/article/reconnaissance-faciale-le-scepticisme-gagne-du-terrain-493739.html

Un excellent documentaire de la chaîne ARTE, sur le développement de la surveillance globale et ses risques pour les libertés individuelles...

Pour nous soutenir

© Damien-le-mouton-rebelle, 2020